Le travail, c'est (pas toujours) la santé

Publié le par Castor

Bonjour à tutti,

A l'heure où une enquête de la Tribune révèle que plus de 10% des arrêts maladies ne sont pas (totalement) justifiés, mais aussi que de plus en plus de personnes se plaignent de se sentir mal dans leur job, un petit dessin humoristique peut être une illustration un peu cynique de cette atmosphère "pesante" :


Il y a aujourd'hui une réelle impression de donner énormément à son job, sans forcément en tirer la reconnaissance ou l'épanouissement escompté... En ce sens, la recherche de la productivité maximale est, à mon sens, une cause majeure de cette tension grandissante et de ce malaise croissant des salariés. Alors oui, il y a certainement des certificats médicaux bidons... Mais on ne peut occulter, dans ces arrêts maladies, l'envie de certains salariés de "couper" un peu avec un job parfois trop stressant.. Rappelons que la France est un des pays où la consommation de psychotropes est la plus importante...

Alors je pense qu'une rélfexion de fond doit être fait sur notre modèle de travail :est il sain que nous ayons autant de jours de congés, un temps de travail hebdomadaire rglementaire aussi faible avec des exigences de résultats toujours accrues? Je ne le crois pas... Il faudra à un moment ou un autre toucher à l'un de ces paramètres pour desserrer la contrainte que porte le salarié toujours plus sur ces épaules.... Les syndicats ont beau se féliciter de l'excellente productivité des travailleurs français, ils n'ont pas compris que c'est une cause majeure des tensions sociales dans notre pays...

Essayons de faire de la vie au travail un espace plus flexible, où chaque salarié peut prendre plus ou moins de temps pour remplir ses objectifs... Un peu moins de vacances pour une vie beaucoup moins stressante? Cela me parait être un compromis + qu'acceptable, non??

A bientôt

Castor

Commenter cet article

céline 09/06/2009 22:04

Je bosse pas encore, mais je pense qu'effectivement il y a peu de gens qui s'épanouissent dans leur travail. Des ambiances plus détendues dans les bureaux seraient peut être une solution avec des contraintes de travail moins exigeantes. Mais là ça veut dire que l'on fait confiance aux salariés pour remplir leurs objectifs...les patrons y sont-ils prêts ?